Le concept

"J'ai beaucoup mieux à faire que m'inquiéter de l'avenir. J'ai à le préparer." Félix-Antoine Savard

 

 C'est ce que l'on pense en fessant des études, on prépare notre avenir. C'est à l a fin nos études que nous nous rendons compte que les choses ne sont pas aussi facile.

Je n'étais pas faite pour faire des études, jusqu'à la 3e je n'étais pas une élève que l'on peut qualifier d'assidue. Pourtant à la fin de 3e il a fallu que je réponde à l'inéluctable question : "tu veux faire quoi plus tard ?" C'est le premier grand croisement de nos vies (du moins professionnelles, pourtant nous n'avons que 14ans). Pour ma part j'ai choisi une formation professionnelle, un BEP en Industries Graphiques (imprimerie). Je me suis rendue compte que finalement les études, c'est pas si mal, que finalement je ne suis pas si niaiseuse que cela. Forte de cette révélation, j'ai fait un bac pro en graphisme et un DUT en communication des organisations. J'ai eu un véritable coup de cœur pour le métier de la communication donc je suis diplômée depuis 2010. Pourtant c'est là que mes ennuis commencent. 

6 Mois après l'obtention de mon diplôme en communication, une proposition inattendue se présente.  Un couple veut créer leur magazine et il me propose un poste de graphiste en chef mais en contre partie il faut que je sois patiente, c'est aussi une création d'entreprise, par conséquent cela peut mettre un certain temps à voir officiellement le jour. Soit je me trouve un job d'appoint en attendant. Puis finalement je décide de mettre ce laps de temps à profit et pars 3 mois au Canada faire la communication sur un festival. En parallèle je fais des mises en pages pour le magazine pour qu'il puisse démarcher des annonceurs. A mon retour, le magazine n'est toujours pas prêt à voir le jour, je cherche des nouveaux jobs d'appoints (aussi facile à trouver qu'une cage à lion en Alaska). Début avril 2012 (+ 1 an après) je réalise (enfin) que non le magazine ne sera jamais mis en place (douche froide), ma recherche d'emploi en communication reprends de plus belle. Je créé même un CV vidéo (donc la réalisation me prends 1 mois, tout de même). En 2 mois, environ 300 candidatures envoyés, je décroche 8 entretiens, en effectues 6, dans 5 villes différentes, parcours environ 3 650 kms, a crevé un pneu, a passé 3 nuits dans des hôtels minables, et n'a décroché aucun boulot. 

2e prise de conscience : La communication est un milieu très concurrentiel (beaucoup de monde, peu de place), il y aura toujours quelqu'un de plus intelligent, qualifié, communiquant, souriant, pour me prendre la place que je convoite. Conclusion je ne décrocherai jamais de boulot en communication. Une prise de conscience très douloureuse. Je suis actuellement dans la phase où je me dis que je n'ai aucune perspective d'avenir, que les diplômes que j'ai décroché ne me servent à rien et que je n'ai pas la moindre idée de ce que je vais faire de ma vie. 

Ce blog existe pour plusieurs raisons : besoin d'un défouloir et c'est plus fun d'un cahier caché sous l'oreiller ; besoin de faire le point sur l'évolution de ma recherche d'emploi et de prendre du recul (et quoi de mieux pour cela que de l'écrire ?) ; besoin de faire des progrès en syntaxe et orthographe (et " c'est en forgeant que l'on devient forgeron ").  

 

La Tortue aux Plumes Bleues

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire